2035

Le 20 juin 2035, Antony alors âgé de 31 ans, se rendit avec Océane, sa compagne, aux consultations de programmation des naissances.
Le Docteur Dubib les recevit : c'était un homme svelte et grisonnant, à la démarche assurée, au sourire paternel et paisible, au regard vitreux mais direct.

Il arborait sur sa blouse blanche différentes médailles : les récompenses qui avaient jalonné son parcours de bienfaiteur de l'humanité.
L'une d'elles représentait un cercle entouré de piquants et concentrait toute sa fierté : il avait contribué, avec le grand Professeur Desvaux, à la mise en place d'un traitement onéreux mais confortable contre le sida. Cette maladie avait fait des ravages à la fin des années 1980 et jusqu'à environ 2020.
Depuis quinze ans, elle n'était qu'un mauvais souvenir.
La croix rouge, avec deux triangles verts signait sa victoire contre un virus perfide et sournois apparu, quelques mois après l'éradication du Sida. On l'appelait le SAA ou syndrome d'anticonformisme aigü. Il avait décimé une toute petite partie de l'humanité en poussant les malades au suicide.
Une minorité, certes, mais une minorité douée de potentiels fort utiles à la société : en fait, il ne s'agissait pas d'une victoire mais plutôt d'un compromis : il avait permis d'en ménager les effets contagieux.
Malgré ses nombreux triomphes contre les maladies et syndromes, les pays du Sud n'avaient pu freiner les hémorragies, faute de moyens financiers et de brevets adéquats.

Là n'était pas vraiment son problème. Il ne travaillait pas pour les pays du Sud.

Antony et Océane prirent place dans son cabinet. Le Professeur Dubib ouvrit son agenda : "Vous souhaitez donc programmer un enfant. Voyons voir, Avril et mai 2036 sont pleins. Nous sommes débordés à l'arrivée du printemps. Vous auriez dû prendre rendez-vous beaucoup plus tôt, vers janvier 2034." Antony rétorqua en souriant qu'il ne connaissait pas encore Océane à cette période. Le Professeur Dubib reprit : "Bon, je peux vous proposer le 6 novembre 2036"
Antony refusa :
"Océane est déjà enceinte" annonça-t-il.
Le Professeur recula au fond de son siège, rouge de colère : "Comment, vous n'avez pas attendu que l'on vous donne une date ? Mais vous êtes irresponsables!! Si tous les jeunes couples vous imitaient, vous imaginez les conséquences ? Les bébés naîtraient dans l'anarchie la plus totale ! Avec vous, on retournerait sans attendre aux années 2000!. Et je suppose que vous avez opté pour une procréation par voie "naturelle" !!"
Antony acquiesca.
Le Docteur Dubib reprit :
" A l'heure de la FIV et de la sélection génétique, vous refusez notre monde moderne ! Imaginez que votre enfant enfant ait une anomalie ?? Vous savez que vous encourez ce risque en refusant de procréer normalement, c'est à dire par FIV ? Une anomalie morphologique ou pire, physiologique : vous risquez d'enfanter un monstre, mademoiselle ! Etes-vous conscients de ce que vous avez
fait ? J'espère au moins que votre héritier aura vos yeux verts, parce que s'il prend les yeux marrons de votre compagnon, il ne s'en sortira jamais !!
Une chose est sûre, ne comptez pas sur moi pour désorganiser tout le service maternité pour de jeunes rebels !!"

Antony commençait à regretter leur acte : il avait dû convaincre Océane pendant des mois afin de procréer "à l'ancienne", ils avaient négocié à coups de disputes et de réconciliations et, tout à coup, il observait le visage de sa compagne se déliter face aux cris du médecin. Il y distinguait son regard plein de remords, celui qu'il connaissait bien pour avoir si souvent poussé Océane à désobéir aux règles établies sur leur continent.
Les deux jeunes gens avaient rétréci sur leur chaise.
Ils ne percevaient plus les cris du docteur mais recevaient, de temps à autres, un postillon désapprobateur et malodorant.
Après une courte pause pour avaler sa salive, le docteur reprit : "Nous pouvons vous proposer février 2036 : nous vous accoucherions, mademoiselle, avec deux mois d'avance... Ca n'est pas un problème aujourd'hui, vous savez. Nous avons des couveuses perfectionnées. Ainsi qu'un lait accélérateur de croissance qui permettra à votre enfant de rattraper les deux mois perdus. Avant, nous vous ferons une amniocentèse, afin de connaître le sexe de votre enfant."
Océane, jeune femme disciplinée, sortit de son sac un petit calepin rouge afin de noter la date. Antony reprit alors du poil de la bête : "Il n'est pas question que ma compagne subisse une amniocentèse !"
Océane lui lança un regard incendiaire puis suppliant. Suppliant de se plier plutôt que de casser, de ne pas aller consciemment se briser contre le pot de fer.
Le médecin, stupéfait par la détermination du jeune homme, reprit un ton paternaliste : "Voyons, mon cher Monsieur, c'est un acte bénin aujourd'hui. Nous ne sommes plus au vingtième siècle!"
Antony reprit :
-"La gravité de l'acte ne m'importe pas. Je ne souhaite pas connaître le sexe de mon enfant"
- "Soyez sérieux quelques instants, Monsieur. Vous n'ignorez pas qu'un continent comme le nôtre se doit de gérer les naissances. Connaître le sexe en amont évite de sérieux soucis en aval. C'est une procédure indispensable et obligatoire. D’ailleurs, si vous y tenez, nous ne vous dévoilerons pas le sexe"
-"La loi ne rend pas obligatoire cette procédure. Elle la recommande"
-"C'est OBLIGATOIRE !" reprit le docteur avec autorité. Puis il se tourna vers Océane, qui lui paraissait plus docile :
"Notez, Mademoiselle. Nous vous recevrons le 11 juillet à 8h12"
En attendant, je vous rédige une ordonnance de compléments alimentaires et de médicaments destinés à la poussée de votre foetus. Le médecin attrapa dans son pot à crayons un stylo sur lequel était gravé "Danulle" en lettres d'or.
"Dans la mesure où il est arrivé par hasard, mieux vaut limiter les risques : "Voici du doximon pour éviter une dégénérescence cérébrale précoce, du paraxomi pour éviter la plupart des maladies auto-immunes (diabète de type 1, mucoviscidose, lupus etc), du viscalon afin qu'il soit de taille correcte, car vu les gènes des parents, il risque fortement de ne pas dépasser les 1m78 règlementaires, du rolibion pour multiplier les chances qu'il ait des yeux verts et ainsi, lui offrir une vie de cadre plutôt que de subalterne, du soriplus afin que son intellect se développe correctement, du zouifini pour éviter tout risque d' obésité ou de maigreur ainsi que les maladies de notre siècle liées à notre l'alimentation riche, du ralvicon pour rendre son organisme compatible avec les OGM et bien sûr, de la vitamine C, D, B9, du fer pour vous ainsi qu'un cocktail vivifiant. Il serait souhaitable, par ailleurs, que vous preniez rendez-vous avec une infirmière afin qu'elle procède à une injection quotidienne de stéroïdes. Ainsi, votre enfant sera en forme dés les premiers jours de sa naissance. Nous le vaccinerons avec l'hexacoq lors du second trimestre de grossesse et avec le centovar lors du troisième trimestre. Quelle lait comptez vous lui donner : celui de la firme Danulle ou celui de Nostlaid ? Ici, nous préférons Danulle et le recommandons fortement".
- "Je compte l’allaiter "
- "Ah, en plus, vous voulez l’allaiter ? Vous en connaissez les conséquences, je suppose ? "
- "Bien sûr "
- "Il réclamera à manger de nuit comme de jour, et non pas une fois par jour comme avec nos laits modernes, il devra être supplémenté en fer, en fluor, en vitamine K, vitamine D et autres oligo éléments pour éviter une croissance ralentie, il pleurera beaucoup plus, sans parler du risque que votre lait se tarisse ou devienne inadapté à ses besoins ainsi que du risque d'attachement trop fort que vous allez générer… "
Antony, excédé, coupa la sainte parole du docteur Dubib : "Nous savons ce qui est bon pour notre enfant, merci "
Dans un soupir vaincu, le Docteur Dubib prit son téléphone et pria sa secrétaire de noter le rendez-vous des futurs parents. Il les raccompagna courtoisement à la porte et leur souhaita bonne chance.

A vous d’inventer la suite.